Naviguer d'art sonore à art visuel, explorer les univers graphiques

Gaspar Noé for Nick Cave and The Bad Seeds

Publié le 18 Janvier 2013 par A.N dans Gaspar Noé, Nick Cave, Clip, caméra, ombre, forêt

Une ombre qui s'enfonce dans la forêt, aussi régulièrement que le chant mélancolique qui l'accompagne.Cette ombre, ce n'est pas personne, c'est lui qui nous accompagne dans un anonymat dont il aime envelopper ses personnages. On se laisse porter au milieu des arbres qu'il utilise comme écran sur lequel se projeter. Il fait de lui-même (car je suppose que c'est lui qui tient la caméra) l'objet impressionné et comme il aurait pu le faire avec un miroir, crée une alter caméra qui se filme elle-même sans se dévoiler.

Lire la suite

Dirty Hip

Publié le 12 Novembre 2012 par

Voici un morceau incisif, un ego trip version dark. Un petit voyage introvertif de l'artiste, illustré par Peabo mot à mot avec humour. Johnny Massacre ne se contente pas de parler de lui, mais évoque quelques absurdités sociales en demi teinte. Un beat hip-hop accompagné de scratch et de fermetures se rapprochant du Jerk, bien choisi pour salir encore plus le tout.

Lire la suite

Concours pour Fela Kuti - Seb Houis

Publié le 19 Juillet 2012 par AN

Tout un clip en jeu de textures, de couleurs, de mouvements et de formes. Parfait reflet de la musique énergique, vivante et colorée de Fela Kuti.

Lire la suite

Stop Motion. Here we Legooo !

Publié le 17 Juillet 2012 par AN dans Nate Burr; Jamie Kennedy

Créer un bon petit clip sans sortir de chez soi ? Pas de problème pour Nate Burr. Avec Anasazi stop motion animator, freeware pour capturer en image par image, monté avec Adobe premiere, photoshop pour l'effet (si besoin) et Goldwave pour le montage son. Nate Burr a gagné le concour de clips lancé par les artistes de la bande-son.

Lire la suite

Kassovitz c'est street music.

Publié le 7 Juillet 2012 par

Mesdames et messieurs c'est un spécial coup de coeur suivi d'une joyeuse surprise ! L'année dernière un ami m'a fait voir un clip fait par Mathieu Kassovitz pour Kery James. Il m'a très justement fait remarquer que le clip était parfait pour le texte et la musique. Avec le rap, c'est plutôt les textes qui vont amener les images, ici, le résultat est tout de même surprenant de brio. En effet, on ne sait pas trop si tout à été tourné à l'endroit dans l'ordre puis mis à l'envers ou bien tourné à l'envers dans l'ordre ou bien à l'endroit de la fin au début et mis à l'envers... Ou encore un subtile mélange de ces procédés. Evidemment j'ai conscience que la musique ne soit pas à la portée de tout le monde.

Lire la suite

Aphex Twin et Chris Cunningham

Publié le 6 Juillet 2012 par

Aphex Twin et Chris Cunningham

Chris Cunningham, vidéaste plasticien et spécialiste en effets spéciaux eut une longue période de fructueuse collaboration avec Aphex Twin. Elle commence en 1997 avec le Clip de Come To Daddy et sera illustrée de 5 autres clips et vidéos.

Cunningham concrétise l'univers d'Aphex Twin dans un style d'images bleutées et sordides. Dans Come to Daddy (1997), il met en scène des nains couverts d'un masque en latex à l'effigie de James. La musique relève quasiment du son d'ambiance sur la première partie, avec des sons brefs discordants sur un fond de voix humaines remastérisées. Les images de la grand-mère et l'arrivée des enfants sont traités distinctement, la première au ralentis, en contre-plongée et les seconds en accéléré et la caméra très proche des corps. Oppressant. Évidemment cela crée une tension rendue insupportable par la voix un peu trash : « Come to daddyyyyy ! ». Efficace au niveau cauchemardesque ! Il faut dire que Chris se faisait poursuivre par des enfants plus jeunes que lui quand il était petit.

Dans Window Licker (1999), Aphex Twin et Chris Cunningham se livrent à une destruction en règle des codes visuel du rap américain de l'époque (encore actuels malheureusement). AFX a utilisé subtilement des sons tirés de films pornographiques dans la compositions sonore. L'introduction est parsemée d'un langage étudié comportant beaucoup de « fuck », « nigga » et dont on ne distingue presque rien d'autre. Des femmes canons, des belles voitures, de la danse... Et tout qui se désagrège, se transforme et s’enlaidit, à commencer par la voiture des deux personnages du début puis les visages des femmes, leur sexe... Un souhait de destruction du showbiz ?

En dehors de l'idée de faire un clip, James et Chris ont collaboré sur une vidéo qui vaut le détour au niveau glauquitude. Rubber Johnny (2005) est une réalisation à base d'effets spéciaux. Nous voyons au rayon X un enfant au crâne hypertrophié. L'immersion dans cet univers particulier se fait très lentement, on ne distingue d'abord pas grand chose, une voix s'adresse à ce qui ressemble à une échographie, le contraste avec la rapidité de la suite va être frappant. Mine de rien, ce procédé attise la curiosité du spectateur, même si celui-ci se doute que la suite sera bizarre, VRAIMENT bizarre ! Cunningham a pensé ses plans puis les a monté selon une composition d'Aphex Twin (AFX 237 v.7), bande-son et son d'ambiance se fondent et se font écho. Ce projet aura mit 4 ans avant d'être terminé.

Chris Cunningham à également travaillé avec : Björk (All is Full of Love) où l'on voit deux robots avec les traits de la chanteuses entrain d'être assemblés. Il fait de l'organique avec du mécanique à l'aide de très gros plans sur la matière et des ralentis à portée esthétique. Placebo (36 Degrees) où les musiciens font leur performance sous l'eau.

Chris Cunningham semble avoir une vison des corps assez singulière. Sa capacité à jouer avec eux, en faire quelque chose de plastique et de maléable place sa collaboration avec Aphex Twin comme limpide. La musique de ce dernier entre parfaitement en raisonnance avec cette vision car elle a cette capacité à dépasser les formes musicales pré-établies, pour arriver à quelque chose de plus complexe et immatériel.

Lire la suite

Clic clic un petit clip

Publié le 6 Juillet 2012 par

Clic clic un petit clip

Avec des brins de vidéos tirées à droite à gauche, il est possible de créer un clip décalé voir... Surréaliste, disons le ! Oui, se livrer à un travail de composition à base de collage relève de ce mouvement. Voici un petit montage pour l'exemple. Il y a du rythme, du rire, de la folie, de l'action, et des sous-entendus ! On remarque que les transitions, le choix de "cette" image avant "celle-ci" peuvent avoir un sens assez pervers au moment de l'assimilation.

Les images relèvent toujours d'un choix à la base, un choix refléchi ça vaut mieux pour vous,sinon votre inconscient risque d'être étalé aux vues de la toile entière ! Un clip n'a pas pour but (si on considère qu'il a un but) de parler de son créateur mais de créer quelques réactions subtiles dans les méandres de notre esprit.

Au niveau du morceau... SBTRKT artiste londonien, dans un style pas très défini, mais ici (Hide or Seek) est déjà une piste du ressenti. Une minimale progressive aux envolées ronflantes et aux passages calmes et lyriques. Dur de mettre des mots sur du son, hein !

Lire la suite

Aphex Twin et David Slade

Publié le 5 Juillet 2012 par AN dans David Slade Aphex Twin AFX clip

Aphex Twin et David Slade

Nous connaissons aujourd'hui David Slade pour Hard Candy, fameux film où Ellen Page incarne une adolescente vengeresse qui séquestre un présumé pédophile en se laissant attirer chez lui. Il est aussi le réalisateur des plus communs 30 jours de nuit et Twilight III. Il réalise le clip de la chanson Donkey Rhubarb créée en 1995 par Aphex Twin.

Son style se caractérise par un univers résultant d'un mélange entre le thème de l'enfance et les parties sombres de l'imagination burlesque dont il fait preuve. Dans ses vidéos, des peluches hors normes aux visages grimaçant en carton pâte, sautent parmi des enfants. Entre ralenti et accéléré, couleur et noir et blanc dans Donkey Rhubarb (vidéo ci-dessous), David Slade recrée mentalement la musique d'Aphex Twin. Il syncope, décale et installe l'absurde du souvenir d'enfance en un enchaînement rapide de plans de natures différentes.

Nous retrouvons les peluches dans Sour Girl (vidéo ci-dessous) de Stone Temple Pilots, sorti en 1999, avec Sarah Michelle Gellar dans un style gothique. Les peluches géantes et colorées contrastent avec un univers sombre et apparaissent encadrant la batteur, Eric Kretz.

David Slade a également collaboré avec Shavo Odadjian, bassiste de System Of a Down pour le clip de Aerials (vidéo ci-dessous) faisant partie du célèbre album Toxicity, dans les bacs en 2001. Cette vidéo se caractérise par la présence d'un gamin au visage déformé, encadré par deux bombes. L'enfant étrange est confronté aux regards, à la curiosité dans un monde adulte aseptisé et surplombé par les médias. On y perçoit un rapprochement entre le traitement de la star et celui de la bête de foire, acheminée, manipulée au service du bénéfice.

Lire la suite

Aphex Twin et les réalisateurs

Publié le 5 Juillet 2012 par AN dans AFX aphex twin clip

Aphex Twin et les réalisateurs

Richard David James (alias Aphex Twin) est un compositeur de musique éléctronique des années 90, dès l'âge de treize ans il fabrique ses synthétiseurs et entame sa carrière de musicien en restant l'enfant qui joue avec des machines. Il transforme les voix humaines, crée des rythmes complexes syncopés et rapides. Son style est pluriel autour de l'ambient, electronica, acid... Chacune de ses compositions évolue indépendament des autres.

L'écoute des morceaux d'Aphex Twin évoquent un univers imaginatif puissant et mystérieux, il s'agit de sons vivants existants à part entière, se livrant à l'unisson en divers tintements vifs ou simples et délicats comme un doigt qui se promène sur le rebord d'un verre en cristal.

Les clips se révèlent souvent être le fruit d'une collaboration artistique avec des cinéastes qui ne nous sont pas étrangers. Ils vont mettre leur art au service de la musique et ainsi générer une création purement audio-visuelle (ou l'audio et le visuel sont deux recherches artistiques à part entière conciliées pour former une unité) .

Il s'agit de d'abord s'attacher à la musique et à l'univers d'Aphex Twin :

Ambient sombre et cosmique

Ambient cardiaque spéléologique de l'extrême

Ambient drum&bass pluvieuse rêveuse

Utilisée dans Marie-Antoinette de Sophia Coppola.

L'ambient est le genre le plus abordable de la map sonore d'Aphex Twin, mais beaucoup d'oreille de gladiateurs se laissent bluffer par l'aspect abrupte des suivantes :

Techno ultrasonic

Une machinerie

Maintenant que vous avez pu cerner le décor sonore, nous allons voir comment les cinéastes l'ont transposé au visuel. Vous allez voyager dans des cerveaux endommagés, dans vos propres tripes ou dans les confins de votre esprit où la délicatesse se mélange à la perversité !

Suivant => Aphex Twin et David Slade (Donkey Rhubarb, Hard Candy, 30 Jours de Nuit) .

Lire la suite
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog